Selon Clement Christensen, directeur conseil chez Gartner, les dépenses consacrées à l’intelligence artificielle permettront aux CFO de gagner un avantage concurrentiel. Plus que toute autre investissement sur les dix ans à venir. A condition que cette IA soit employée à transformer les processus d’entreprise et ne se contente pas de les automatiser.

Les gains d’efficacité de l’IA

M. Christensen s’exprimait lors de la conférence des directeurs financiers du Gartner. Il a rappelé que grâce à l’IA, des entreprises et des organisations gouvernementales ont réalisé des gains d’efficacité spectaculaires. Il a ainsi donné les exemples d’Amazon (augmentation des ventes e-commerce de 15 à 20 %), de la police de Memphis (réduction des homicides de 35 %) et d’UPS (des économies annuelles de centaines de millions de dollars).

C’est pourquoi Gartner rappelle aux CFO que « L’IA n’est en aucun cas un investissement traditionnel ». En précisant que dans le domaine de l’IA « il y a beaucoup d’inconnues, il y a beaucoup de risques mais aussi un potentiel incroyable ».

Attention à ne pas passer à côté du potentiel de l’IA

Jusqu’à présent, la plupart des dépenses consacrées à l’IA ont tendance à être ponctuelles et axées sur l’automatisation, plutôt que sur la transformation des processus d’entreprise. Par exemple, l’IA est utilisée pour rationaliser le système de paiement des factures, mais moins pour identifier les clients qui paient en retard. L’intelligence Artificielle pourrait également permettre de détecter des tendances. Et ainsi aider une équipe commerciale à éviter de cibler les prospects les moins susceptibles de respecter leurs délais de paiement.

Mais le temps presse. Car ces projets devront être concrétisés dans les 2 à 3 ans pour ne pas rater totalement le train de l’IA. Or d’après le Gartner il faudrait environ 15 mois pour passer de l’idée d’une application d’intelligence artificielle à son déploiement.