les Editions Francis Lefebvre reviennent sur le bilan du 76e Congrès des experts-comptables (6-8 octobre 2021) avec les rapporteurs de l’évènement. On notera que le format hybride de l’évènement, avec présentiel à Bordeaux et conférences accessibles en distanciel, aura permis aux collaborateurs des cabinets de suivre eux aussi ces échanges. Avec 4035 inscrits en présentiel et 1109 inscrits en ligne, le congrès permet aussi de prendre le pouls de la digitalisation des métiers du chiffre.

Les experts-comptables, une profession essentielle et un tiers de confiance

Lors de la plénière d’ouverture, le Ministre de l’économie Bruno Le Maire, a qualifié les experts-comptables de « profession essentielle ». Il a réaffirmé que les professionnels du chiffre étaient « des acteurs majeurs de l’économie ». Pour les rapporteurs de l’évènement, cette marque de reconnaissance est l’occasion de mettre la profession, tiers de confiance des entreprises, au cœur du dispositif de relance.

De la conformité fiscale à la conformité sociale

Des discussions ont lieu avec les Urssaf pour établir des points de conformité en matière sociale, sur le modèle de l’examen de conformité fiscale. Cet examen de conformité sociale a en fait été lancé début 2021 mais n’est pas encore suffisamment connu, explique Damien Dreux, Vice-Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables (CSOEC). Il attend plus de communication de la part des pouvoirs publics, ainsi que des incitatifs : « En effet, si les experts-comptables, dans le cadre de leur mission de présentation des comptes, disposent des informations nécessaires pour effectuer des examens de conformité (fiscale ou sociale) des travaux complémentaires doivent être mis en œuvre pour établir cette conformité. Le client doit accepter de payer ces travaux complémentaires et, pour cela, doit voir un intérêt à recourir au dispositif en bénéficiant d’incitations fiscales ou sociales fortes. »

Le développement des stratégies « data » pour permettre la comptabilité prédictive

Damien Dreux a également commenté l’évolution des missions des experts comptables avec la comptabilité prédictive et l’exploitation des données. « L’un des objectifs prioritaires de la mandature est de développer le département « data » du Conseil National de l’ordre des experts-comptables car la manipulation de la data demande de la pratique et des outils ». Il a également évoqué le rôle de Drakaris, le fonds d’investissement des experts-comptables, pour mettre en place de nouvelles technologies.

Enfin, Damien Dreux a rappelé que l’expert-comptable peut aussi désormais proposer un accompagnement complet aux entrepreneurs. Un « full service » qui comprend des travaux d’ordre financier, environnemental ou numérique, « à condition de ne pas en faire l’objet principal de leur activité ».