L’ordre des Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) a récemment réalisé une étude expliquant pourquoi les CPA doivent apprendre à coder. L’idée n’est pas que la profession comptable délaisse des outils comme Excel, mais développe de nouvelles compétences pour aller plus loin avec les données. On parle là d’automatisation et d’analyse de données.

Codage et langages de programmation

En développant des compétences en codage, les comptables pourront automatiser certaines tâches et mieux recueillir et analyser les données. Les langages de programmation les plus utiles dans ce domaine étant Visual Basic for Applications (VBA), Python, R et SQL.

Excel pourra être couplé à d’autres outils et les comptables pourront surtout mettre à profit leurs compétences fondamentales. A savoir leur expérience des affaires, jugement, esprit critique, capacité d’analyse et maîtrise des systèmes.

4 conseils pour aborder le codage

CPA Canada conseille aux comptables d’adopter de nouveaux outils, d’y aller lentement mais surement, de miser sur leur forces, et de ne pas s’arrêter. S’aventurer dans le codage pourrait être effrayant pour ces experts du chiffre. Mais il existe de nombreux outils d’analyse et de visualisation des données, comme Tableau et Power BI, pour d’abord se familiariser avec les concepts. Ensuite, pour explorer des jeux de données plus volumineux, il sera alors nécessaire de maitriser des scripts en langage Python.

Les comptables déjà familiers avec Excel pourront aussi aller progressivement vers le code, en automatisant des tâches avec des macros et VBA. Automatiser quelques simples tâches leur permettra de dégager du temps pour plus de conseil et d’analyse. Car l’automatisation et l’intelligence artificielle nécessitent en fait une intervention humaine solide sur le plan analytique et les questions éthiques.

Enfin, dans un contexte de transformation numérique il est important que les comptables s’inscrivent dans une logique de formation continue. Il y aura toujours de nouvelles compétences à acquérir, en particulier dans le domaine technologique mais aussi sur le plan organisationnel.