Le « capacity planning » ou renforcement des capacités a joué un rôle clé depuis le début de la pandémie pour aider les entreprises à rester à flot. C’est aussi un domaine ou l’automatisation et l’intelligence artificielle sont venues renforcer la capacité de planification et d’optimisation des processus. On pense bien sûr à la chaîne logistique mais aussi au rôle de ces technologies pour rendre possible de nouvelles alliances et permettre une meilleure relation client.

Un domaine où le DAF n’est pas encore roi

Cependant, le renforcement des capacités est aussi un domaine où l’expérience des DAF est encore peu développée ou sous-utilisée. Pourtant, le rôle des DAF a évolué pour prendre en compte une vision plus large de l’entreprise avec un impact encore plus important sur sa performance.

Ainsi, dans une enquête McKinsey de 2018, quatre directeurs financiers sur dix déclaraient créer plus de valeur pour leur organisation grâce à leur leadership stratégique et à leur gestion de la performance. Mais ensuite moins de la moitié des DAF interrogés déclarait avoir le temps de se concentrer sur le « capacity planning », que ce soit au sein de la finance ou dans l’ensemble de l’organisation.

Quel rôle pour le CFO dans le capacity planning

Une autre enquête McKinsey de 2020 nous montre que les DAF pourraient aider à la réussite des projets de capacity planning. En effet, seul un tiers des responsables interrogées ont déclaré que les programmes de renforcement des capacités atteignaient souvent ou toujours leurs objectifs et leur impact commercial.

Pour améliorer leurs chances de réussite, les entreprises doivent tirer parti de l’expertise du DAF de trois manières essentielles : identifier les opportunités d’investissement dans des capacités susceptibles de créer une valeur significative, renforcer le sens financier à tous les niveaux et soutenir les efforts globaux de développement des talents de l’entreprise.

Pour changer de rôle, il faudra sortir du silo de la finance

Le regard du DAF, sa capacité à comprendre les tendances macro-économiques et leur impact sur les décisions micro-économiques sont précieux. Mais pour véritablement jouer son rôle, le DAF devra sortir du silo de la finance pour analyser l’ensemble des opérations de l’entreprise sur ses marchés et également avoir un regard sur l’évolution des équipes.

En s’appuyant sur l’analyse des données de l’entreprise, les DAF seront bien placés pour bâtir des scénarios sur l’évolution de l’entreprise et l’optimisation de ses processus.