Les méthodes agiles sont encore loin de faire l’unanimité auprès des CFO. Pourtant l’agile peut être un puissant levier pour booster l’efficacité et la précision dans les métiers de la finance. Pour comprendre tous les bénéfices de l’agile, notamment en termes de qualité, voici les retours du Center for CFO Excellence (CFOx), hub du cabinet BCG dédié à l’expertise des directions finance.

Les fondamentaux de la méthode agile

L’agile est né dans l’industrie du logiciel. Sa caractéristique principale – de petites équipes interfonctionnelles autonomes – a été transposée avec succès à d’autres secteurs et domaines. L’approche agile implique une évolution de la culture, des méthodes de travail et de la structure organisationnelle. Car l’idée est de responsabiliser et donner les moyens d’agir à ceux qui sont les plus proches des clients et des informations vitales. Ces petites équipes ou tribus travaillent par itération, plutôt que selon un modèle séquentiel de type “cascade”. Pour mener à bien leur mission, elles développent un produit minimum viable, s’engagent auprès des parties prenantes pour recueillir des commentaires et incorporent ces derniers dans l’itération suivante dans le but de maximiser la valeur.

Lorsqu’elle est bien mise en œuvre, l’agile accélère les processus et la prise de décision, stimule l’innovation et réduit les délais de commercialisation. Car l’allocation des ressources et l’évolution des priorités sont faits de façon dynamique, ce qui implique confiance, collaboration et soutien du top management.

L’agile pour booster la transformation de la finance

Dans un contexte de transformation numérique, l’agile va permettre notamment d’ajuster les budgets plus fréquemment pour répondre à l’évolution plus rapide des besoins d’affaires. Les processus qui se prêtent le mieux à une démarche agile sont ceux dont les modèles de livraison sont les plus flexibles et les résultats les moins prévisibles. Comme les projets, les solutions spécifiques ou même le budget. L’équipe finance pourra ensuite appliquer ces approches agiles à des processus prévisibles et stables comme la facturation.

Un groupe international du secteur santé a ainsi accéléré sa planification à moyen terme via une démarche qui mêle l’agile et le pilotage par la valeur. Chaque évènement pouvant impacter la planification est analysé par une équipe cross fonctionnelle réunissant la finance et les opérations pour ensuite adapter dynamiquement le budget. Le département d’analyse des risque d’une entreprise de services financier a lui remodelé son processus d’approbation des nouveaux produits pour permettre l’emploi de méthodes agiles par l’équipe de design des produits.

Résultat, dans le « CFO Excellence Index » du BCG, les organisations de finance classées dans le top 25% en termes d’agilité sont 20% plus efficaces et 20% plus efficientes. Ce top 25% emploie 10% d’équivalents temps plein en moins avec 10% de coûts en moins. Il dédie également 10% moins de temps à la compilation manuelle des rapports, pour se focaliser sur l’analyse des données et le travail prédictif. Enfin la culture agile favorise aussi la transparence et donc la qualité. Car lors des réunions les équipes sont encouragées à soulever les problèmes et parler avec honnêteté de l’évolution des projets.