Alexandre Geoffroy est CFO de GEM Engie (Global Energy Management) depuis un an. Dans DAF Mag il est revenu sur ses ambitions et défis à ce poste, et pourquoi il souhaite accélérer l’automatisation des process.

Une transformation accélérée

Global Energy Management emploie 1400 collaborateurs et gère le portefeuille d’actifs en électricité, gaz naturel et produits environnementaux d’Engie. Nommé en mars 2020, Alexandre Geoffroy en est le nouveau directeur financier et joue un rôle clé dans la transformation des process du groupe. Dans le cadre d’une recherche permanente de performance, l’entreprise souhaite accélérer l’automatisation de ces process, en particulier dans le domaine comptable et financier.

Fiabilisation et réaffectation des ressources

Cette automatisation sera appliquée à la confirmations de deals, au nouveau référentiel de facturation, et à la robotisation. Alexandre Geoffroy explique que les deux principaux axes de transformation sont “D’abord, la fiabilisation des process et la diminution des risques opérationnels. Nous gérons en effet une volumétrie importante de transactions, l’automatisation est donc un élément fort de l’amélioration de l’opérationnel. Ensuite, la réduction de la charge de travail humaine pour des tâches manuelles. L’objectif étant de repositionner les collaborateurs sur des tâches à plus forte valeur ajoutée”.

GEM Engie a ainsi mené le projet Digidoc lancé en 2019, portant sur la confirmation des deals. L’échange de fichiers PDF exposait l’entreprise à un risque opérationnel et était chronophage. Deux développeurs internes ont travaillé pendant un an sur ce projet avec un outil de reconnaissance optique de caractères. L’entreprise peut aujourd’hui faire le matching automatiquement, ce qui sécurise les réconciliations. En 2020, la moitié des 40 000 confirmations annuelles de deals a été automatisée, pour un gain estimé à 40 heures par mois. Objectif : l’automatisation des deux tiers d’ici trois ans.